Auteur

À propos

Après quelques mois un peu …éprouvants cette histoire c'est imposée d'elle même. Kaos a commencé comme ça, une fille qui court dans un paysage désolé et froid, un simulacre de notre monde, un zeste de nos peurs…

*“Sur la terre caillouteuse de Thahmad, les vestiges du campement de Khawla brillent comme les restes d’un tatouage sur le dos d’une main. Arrêtant près de moi leurs montures, mes compagnons m’exhortaient en disant : “Ne te consume pas de chagrin, courage !” Un matin, les palanquins étaient partis, emmenant ma bien-aimée des Beni Malik, tels de grands vaisseaux glissant sur le lit de l’oued Dad. Semblables à ceux des Adawlis ou d’Ibn Yamin, et que des marins auraient tantôt déviés de leur route, tantôt ramenés dans le droit chemin. De leur proue, ils fendaient les vagues de sable, comme fend la terre de ses deux mains le joueur de fiyal” écrit le poète , parce que les belles choses donnent du courage et rendent la vie plus douce, c'est le poème qui hante sa mémoire.

*«  Mu‘allaqât  » (VIe siècle ap. J.-C.) traduction de M. Schmidt

Résumé

Dans un paysage dévasté et balayé par des vents glacés Kaos court à perdre haleine, dans un monde sans avenir, en proie à la barbarie et à la désolation…Une course qui se change peu en peu en quête, en survie. Un espoir : une forteresse perdue là-bas loin dans le nord.

Dernières planches RSS

Visiter les archives

Derniers commentaires RSS

Parcourir tous les commentaires